Nom:
Email:

 

Facebook Rejoignez notre chaîne YouTube Suivez-nous sur Twitter. Suivez-nous sur Instagram.

Un développement minier controversé en Arménie s'est révélé être un test majeur pour le gouvernement post-révolutionnaire. À présent, les tribunaux internationaux d’arbitrage sont sur le point d’être impliqués dans le règlement du différend. James Angel

L'histoire de l'Arménie est une histoire de lutte courageuse contre le colonialisme violent et la répression. La tragédie du génocide arménien du début du XXe siècle a été suivie de décennies de domination soviétique. L’indépendance dans les années 90 s’est ensuite concrétisée par près de trente ans de gouvernement autoritaire. 

Mais en avril 2018, la «révolution de velours» arménienne a vu des manifestations pacifiques massives renverser l'ancien régime kleptocratique, apportant un nouvel espoir de démocratie. Le dirigeant révolutionnaire Nikol Pashinyan ayant été élu premier ministre en mai, une vague d’optimisme s'est répandue à travers le pays. Partout, les gens étaient désormais conscients de leur pouvoir collectif.

Selon des informations préliminaires, le projet de loi portant sur « Les modifications et les ajouts au code des impôts de la République d'Arménie » publié en novembre 2018 par le gouvernement intérimaire, entrera dans la Nouvelle Assemblée nationale en janvier-février.

L'un des points les plus marquants du nouveau projet de la loi concerne la modification des taux d'imposition actuels.

À l'heure actuelle, le taux d'imposition fonctionne sur trois tranches : 23% (salaire jusqu’à 270€/mois), 28% (de 270€ à 3595€) et 36% (plus de 3595€). Le nouveau projet propose d’aplanir les impôts en fixant un taux unifié à 23%, qui jusqu’en 2023 sera réduit à 20%.

En d'autres termes, le taux d'imposition des salaires moyens et élevés diminuera de 5% et 13% en 2019 et d'ici 2023, de 8% et 16%, tandis que le taux d’imposition des salaires les plus bas restera inchangé au cours de la période initiale et diminuera à l'avenir seulement de 3%. Le projet propose également de réduire le taux d'imposition des bénéfices des entreprises de 20% à 18%.

Outre les critiques des experts déjà exprimées, les signataires de cette pétition expriment leur désaccord politique avec le projet de loi pour plusieurs raisons :

1) Le projet de loi envisage le transfert de la charge fiscale de la minorité riche à la majorité pauvre de la population. Il a déjà été décidé d’augmenter un certain nombre d’impôts indirects (de consommation et en particulier d’accises et d’autres taxes) afin de récupérer les pertes budgétaires causées par la réduction significative de l’impôt sur les salaires élevés. En d'autres termes, une majorité pauvre souffrira directement de la réduction des impôts de la classe moyenne et surtout des riches.

Nous recueillons des fonds pour aider les protecteurs d'Amulsar à passer les mois d'hiver.

Cliquez ici pour faire un don

Amulsar est une montagne cachée dans la région de Vayots Dzor en Arménie. Malheureusement pour Amulsar et le peuple arménien, il y a de l'or, bien qu'en faible quantité et dispersé dans la montagne. Lydian, une société sans expérience minière préalable, a reçu l'autorisation des gouvernements corrompus d'Arménie de déterrer l'or en Amulsar. Bien que ces régimes aient disparu, leurs décisions hantent toujours le pays.

L'exploitation minière de l'Amulsar causera des dommages irrévocables et catastrophiques aux eaux de l'Arménie, à savoir sa principale source d'eau douce : le lac Sevan. La ville voisine de Jermuk, célèbre pour ses eaux minérales et ses stations thermales, sera également dévastée. Naturellement, Lydian le nie, tout comme les fabricants de tabac ont déjà nié que fumer est mauvais pour la santé.

Pour protéger Amulsar et l'environnement, un groupe de militants bloque les trois entrées de la mine Amulsar depuis juin 2018 (7 mois déjà !). Ils l'ont fait en supportant la chaleur accablante de l'été et maintenant le froid glacial de l'hiver. Grâce à l'activisme des protecteurs d’Amulsar, le nouveau gouvernement démocratiquement élu d'Arménie a lancé un réexamen complet du projet. Le gouvernement a promis de publier son rapport officiel sur Amulsar à la mi-mars, alors nous devons aider les protecteurs d'Amulsar à maintenir leurs trois campements d'ici là.

Les défenseurs d'Amulsar ont besoin de notre aide !

hayk

Nous multiplions les rencontres en Arménie pour parler de l'avenir de la mobilisation. Nous sortons d'un rendez-vous avec Hayk Konjoryan, proche de Nikol Pashinyan. Nous avons échangé sur les réformes juridiques à venir et sur la question de la justice sociale.

 

 

 

 

 artur

Dans le cadre de nos nombreuses rencontres, nous avons pu parler avec Artur Sakunts, avocat et militant des droits humains en Arménie. Nous avons échangé sur la question des droits civils et politiques dans le cadre de la révolte actuelle du peuple arménien.